Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 13:12

Activez les sous-titres

 

 

 

 

Ce qu'en disent les astrophysiciens

Quelques tuyaux que des savants ont bien voulu communiquer à un lanceur d'alerte. Comme on s'en doutait, la communauté des astrophysiciens sait depuis longtemps qu'une naine brune se dirige vers nous et qu'elle causera une série de cataclysmes planétaires. On remarquera que les informations dont ils disposent sont fragmentaires, par exemple ils n'ont pas réussi à déterminer sa période orbitale (qui est de 3240 ans comme le démontre l'étude des textes traditionnels).

Autre point important, ces informations confirment que l'objet que les astronomes appellent G1.9 serait bien la naine brune. Dorénavant, on sait donc vers quelle direction il faudra chercher.



  

Naine Brune

 

menthalo a écrit:J'ai eu une réponse par mail de l'un de nos astrophysiciens, hier.
L'histoire de la Supernova c'est du bourrage de mou pour expliquer ce deuxième soleil, que tout le Monde va voir.

Planete X, alias Niribu, alias Nemesis, alias Tyché, alias G1.9 ... n'est pas une planète parce qu'elle n'a pas la masse nécessaire pour être qualifiée de Planète malgré sa taille, c'est une Naine Brune. voir la définition de wikipedia
D'après les informations reçues, qui sont très maigres, le Monde des astrophysiciens redoute des effets cataclysmiques dés l'année prochaine.



mise-à-jour du mercredi 23 février

menthalo a écrit:J'ai eu une nouvelle réponse par mail du deuxième de nos amis astrophysiciens, aujourd'hui.

"Les astronomes savent depuis 1771 que les orbites des planètes peuvent être légèrement perturbées par l’interaction d’autres planètes massives « voisines ».
On détecte ainsi l’effet avant la cause. 
C’est cette méthode qui a permis de découvrir Uranus, en mesurant les perturbations engendrées par cette dernière dans l’orbite de Saturne.
Puis les perturbations mesurées dans l’orbite de d’Uranus ont permises de découvrir Neptune.
L’orbite de Neptune est également perturbée par un corps massif, non vraiment identifié, appelé planète X.

La découverte de Pluton a, pendant un temps, fait penser qu’il s’agissait de planète X, mais avec 60% de la taille de notre lune, les calculs ne collaient pas. 
Il devait y avoir quelque chose de plus massif.

En 1983, La Nasa a publiée une observation effectuée par un de leur satellite d’astronomie infra rouge (IRAS), montrant un corps massif sombre aux limites de notre système solaire.
Plus de nouvelles jusqu’en 1992, ou une autre observation montre un corps massif sombre, mais 7 fois plus proche qu’en 1983
L’orbite semble très elliptique et longue, et « la chose » se dirige vers nous…

Les spéculations vont d’une proto planète, a une naine brune (une étoile ratée, n’ayant pas eue assez de matière pour s’allumer, mais générant toutefois un champ gravitationnel considérable, supérieur a celui de Jupiter).

En cas de rapprochement cette masse perturberait considérablement les planètes et le soleil, avec effet de marrées ; 
On peut ainsi s’attendre a une hyperactivité solaire avec tout le cortège de catastrophes climatique que cela implique, des mouvements tectoniques plus fréquents et plus violents.

Il faut aussi considérer le cortège de comètes, et autres impacteurs potentiels tres dangereux pour nous, à la remorque de ce corps massif ;
"


CES DEUX COURRIERS SONT TRES CLAIRS

Si au début de cette file, je n'étais que points d'interrogation et que je cherchais simplement à creuser le sujet, je suis aujourd'hui plein de certitudes.

Un Objet cosmique de taille monstrueuse est entré dans notre système solaire et vient perturber l'ensemble des planètes, qui le composent.
Le soleil va générer un ou plusieurs orages ELM de forte puissance, alors même que notre bouclier magnétique est affaibli.
Le magma s'est réchauffé, provoquant la fonte des pôles, accélérant le mouvement des plaques tectoniques, créant de fortes émanations de gaz et des éruptions volcaniques.
L'Indonésie s'enfonce, la Grande Vallée du Rift s'ouvre depuis novembre au moins 1000 fois plus vite que dans les décennies antérieures, les vieux volcans qui dormaient depuis des siècles se réveillent ...
Personnellement, je pense que nous allons connaître à brève échéance (dans les 4 ans) les événements décrits par les prophéties, que Zetatalk annoncent également.

LA SEULE QUESTION EN SUSPENS, C'EST LE TIMING PRECIS
Mais que nos différentes sources donnent de possibles ELM dés la fin de cette année avec un risque croissant en 2013... 
Pour moi, le plus gros ELM sera plus tard en hiver 2016-2017 ...
Néanmoins les catastrophes "climatiques" devraient continuer à se multiplier ... on est déjà pas mal servi, mais ça ne va pas s'arranger.

C'est pourquoi, je préconise d'accélérer les préparatifs, notamment pour ceux qui sont dans des zones urbaines ou des zones à risques.



Auparavant, le 19 juillet 2010, le même internaute postait:



Confirmation d'un astrophysicien


Un ami très proche m'a transmis aujourd'hui les courriers d'un "insider" de la plus grosse société dans ce domaine - la N A S A. Nous attendions ces informations depuis 9 mois, mais tous les rendez-vous antérieurs ont été repoussés puis annulés. Il règne chez eux une parano totale.
Notez que j'ai été obligé d'utiliser un traducteur automatique, le texte était dans une langue que je ne maîtrise pas.
L'insider ne donne pas de timing, cela semble le plus tabou des sujets tabous.... mais ils sont très inquiets.

Il s'agit de deux mails que j'assemble ci-dessous. Je me demande s'ils ne sont pas dans le désordre:


« Nous avons comparé les dernières données recueillies avec celles des documents des années précédentes qui ont été soigneusement étudiés.

Le planétoïde (taille inférieure à une étoile), aussi appelé "Nemesis" par les anciens, est très près de notre système solaire. Son orbite serait de 13.000 ans et ne dépend pas de notre soleil.

Les astronomes l'ont cataloguée comme "G1.9" et maintenant, elle est à environ 60 UA (Unités Astronomiques ) du Soleil, derrière Pluton qui est à 49 UA du Soleil (1 UA ou est égale à la distance entre le Soleil et la Terre.)

En ce moment, à côté de la "Ceinture de Kuiper" qui est très proche et se prépare à passer au plus près de nous, ce qui pourrait avoir des effets désastreux, comme dans le passé.
De vieux documents concernant "Nemesis" lui attribue la cause du "Déluge" et la destruction des continents sur la Terre il y a environ 13.000 ans.

La désinformation veut nier ces études et présenter l'objet comme une "supernova" au lieu d'une "naine brune".

Cependant, mener un lien qui peut expliquer les détails sur sa position actuelle et les astronomes qui ont fait la révélation.

Il convient de rappeler combien de personnes impliquées dans ces études sont des agents de la désinformation dont le rôle est de nier et afficher ou masquer certains éléments de preuve comme faux.

Certes, nous avons atteint le sommet d'une phase cyclique d'environ 12.000 à 13.000 ans, que nous avons avec Planet X.

WISE - Wide-Field Survey Explorer infrarouge - lancé le 14 Décembre 2009 pour se terminer le 17 juillet 2010 suit les objets célestes. 
WISE surveille 95 astéroïdes géocroiseurs - proches de la Terre ... (en anglais NEA)
Il a découvert environ 25.000 nouveaux astéroïdes et 2 Naines brunes - naines brunes en orbite qui approchent de la ceinture de Kuiper. L'une de ces deux naines brunes est la très recherchée PLANÈTE X. »

Notre correspondant a évoqué les sérieux problèmes actuels de Pluton. 
Il est certain que la proximité immédiate pour lui de Px doit changer son quotidien. Désolé, pas plus de détails.

L'insider nous met également en lien un article, dont le ton est amusant, sur les Astéroïdes un peu trop proches de la Terre et les projets du JPL Jet Propulsion Laboratory (cité plus haut- créateur des Pionneers et autres programmes satellites). Ils demandent aux gouvernements 500 millions de $ pour créer des "engins", des auto-tamponneuses de l'espace, qui serviraient à dévier les astéroïdes de leur trajectoire pour éviter qu'ils ne viennent nous emboutir. 
Pas de problème! 500 millions de dollars, on devrait pouvoir trouver ça à la Fed ou à la BCE. Personne ne verra que ça manque... ils ont égaré combien à la Fed en 2008 ? 9 milliards ?
News-discovery.com à lire pour les anglophones

Conclusions... Si vous en doutiez encore, cette Planète X est une réalité.

 

Source:hp://www.denissto.eu/forumv3/viewtopic.php?f=37&t=4286&sid=06dcdfbadfd1790c9029c5edc643073b&start=75 via chroniques de Rorschach

Repost 0
Published by THE - dans Astronomie
commenter cet article
16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 13:03

Une impressionnante éruption solaire immortalisée vendredi 31 août par l'Observatoire de la Nasa doit provoquer ce lundi un orage géomagnétique mineur sur Terre. L'agence américaine océanographique (NOAA) estime que ce nuage est sans danger mais que les particules éjectées peuvent perturber les activités humaines, comme les télécommunications ou les réseaux électriques.


 

Ces particules sont à l'origine des aurores boréales aux pôles nord et sud de la Terre. Le nombre d'éruptions solaires sera croissant d'ici 2013 puisque nous atteignons la fin d'un cycle solaire qui ont en moyenne une durée de 11 années en moyenne.


Le Nouvel Observateur

Repost 0
Published by THE - dans Astronomie
commenter cet article
16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 13:00


Spitzer
 n’était pas prévu pour partir à la chasse aux exoterres. C’est pourtant en utilisant ce satellite que des astrophysiciens ont probablement découvert deux exoplanètes, un peu plus petites que la Terre, autour de l’étoile GJ 436. L’une d’entre elles, UCF-1.01, pourrait être recouverte d’un océan de magma. Prudents, les chercheurs attendent des preuves supplémentaires.


Autour de la naine rouge GJ 436, située à 33 années-lumière de la Terre, on connaissait déjà l’existence d’une exoplanète : GJ 436b. Similaire à Neptunepar la taille, elle laisse toutefois les planétologues perplexes concernant sa composition chimique. Les caractéristiques de son orbite tendaient aussi à faire penser qu’une seconde exoplanète existait. On avait ainsi détecté en particulier ce qui devait être des changements dans l’inclinaison de son orbite, nécessitant l’existence d’un second corps exerçant des perturbations.


La sonde Deep Impact, dont le nom est associé à la comète Tempel 1, mais que l’on connaît maintenant sous le nom d’Epoxi, avait, elle aussi, fourni des indications en faveur de l’existence d’une autre exoplanète autour de GJ 436. Remarquablement, quelques astrophysiciens, en se fondant sur les données d’Epoxi, en avaient déduit que Spitzer pouvait détecter des transitsplanétaires pour cette supposée seconde exoplanète.


Une vue d'artiste des deux exoplanètes supposées autour de GJ 436. Il se pourrait que UCF-1.01 soit recouverte d'un océan de magma.
 
Une vue d'artiste des deux exoplanètes supposées autour de GJ 436. Il se pourrait que UCF-1.01 soit recouverte d'un océan de magma. © R. Hurt, SCC,NasaJPL-Caltech


Spitzer est à court d’hélium liquide depuis longtemps mais il peut toujours être utilisé pour faire des découvertes, notamment parce que les données de ses observations sont archivées. Des astrophysiciens sont donc partis à la chasse à cette exoplanète avec Spitzer. Ils ne sont visiblement pas revenus bredouilles, comme le prouve l’article qu’ils viennent de publier surarxiv.

Des transits planétaires probables mais des masses problématiques

Il semble bel et bien que des modulations de la courbe de luminosité dans l’infrarouge de GJ 436 correspondent à la présence non pas d’une mais de deux nouvelles exoplanètes effectuant des transits. La première, et celle dont la signature est la plus convaincante, a été baptisée UCF-1.01. Son rayon serait d’environ deux tiers de celui de la Terre et sa masse 0,28 fois celle de notre planète, mais il s'agit d'estimations sujettes à caution comme ne le cachent pas les chercheurs.



Impressionnante vidéo de la lave bouillonnante dans le cratère du volcanMarum, sur l’île d’Ambrym, filmée le 20 septembre 2010. Des images prises à la surface de l’exoplanète UCF-1.01 pourraient être beaucoup plus spectaculaires. © geoffmackley/YouTube

Mais ce qui doit rendre cette planète spectaculaire c’est qu’elle boucle son orbite autour de sa naine rouge en moins de 1,4 jour. Sa température de surface a été estimée à près de 600 °C et elle pourrait même être supérieure. Il n’est donc pas impossible, selon l’un des chercheurs, qu’elle soit recouverte d’un océan de magma. Combien auraient donné un Haroun Tazieff ou des Maurice et Katia Krafft pour avoir l’opportunité de contempler un tel océan de magma ? En tout état de cause, une atmosphère, et encore moins la vie, ne peuvent exister à la surface de UCF-1.01.


Pour ce qui est de UCF-1.02, son rayon et sa masse seraient similaires à ceux de UCF-1.01. Mais dans les deux cas, il s’agit d’estimations indirectes et les chercheurs savent qu’ils ne sont encore sûrs de rien. De plus, la signature de UCF-1.02, sous forme de transits, est moins convaincante que celle de UCF-1.01. C’est pourquoi ils parlent de découverte de candidats au titre d’exoplanète et non de la découverte de GJ 436c et GJ 436d.


Quand on sait que sur les 1.800 étoiles identifiées par Kepler dans d'autres régions du ciel, qui sont supposées avoir des systèmes planétaires, seulement trois contiennent indubitablement au moins une planète de taille inférieure à la Terre, on comprend encore mieux la prudence des chercheurs.


Source: Futura-Sciences.

Repost 0
Published by THE - dans Astronomie
commenter cet article
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 10:25

la-planete-geante-saturne-surplombant-son-enorme-lune-titan.jpg

(La planète géante Saturne surplombant son énorme lune Titan, toutes deux en vraies couleurs (Crédits : NASA/JPL-Caltech/SSI))

Fin août, la NASA a rendu publique de nouveaux clichés capturés par la sonde Cassini qui tourne autour de Saturne depuis plus de huit ans maintenant. Les images dévoilent ainsi la planète et sa lune Titan comme rarement observées, en vraies couleurs.

 

C'est le 1er juillet 2004, soit il y a un peu plus de huit ans que la sonde Cassini s'est mise en orbite autour de la planète Saturne. Depuis, l'engin ne cesse de dévoiler des nouveaux secrets de la planète et de ses lunes. Récemment, c'est ainsi de nouvelles photos étonnantes qu'a délivrées Cassini et qui ont été mises en ligne par la NASA. On y voit un portrait rare de Saturne et de la plus grande de ses lunes, Titan, toutes deux dévoilées en vraies couleurs. L'une montre même les teintes changeantes des hémisphères nord et sud de Saturne alors qu'ils passent d'une saison à une autre.

 

Lorsque Cassini est arrivé près de Saturne il y a huit ans, l'hiver de l'hémisphère nord de la  planète était d'une teinte bleu azuré. Aujourd'hui, que l'hiver est passé sur l'hémisphère sud de la planète et l'été au nord, le schéma de couleur a changé : le bleu se trouve au sud et disparait peu à peu du nord. Les autres images dépeignent elles le vortex du pôle sud nouvellement découvert dans l'atmosphère de Titan, qui est plus large que la planète Mercure avec ses 5.150 kilomètres de diamètre. En mars dernier, les caméras de Cassini ont en effet localisé un nuage jaunâtre se détachant de la couche nuageuse à la surface du pôle sud de Titan. Après davantage d'observations, la sonde a alors délivré une image et une vidéo montrant un vortex tournant à une vitesse supérieure à celle de la période de rotation de la lune. 

 

Des observations qui poussent aujourd'hui les chercheurs à continuer de scruter Titan à la recherche de phénomènes semblables. "Cassini orbite depuis maintenant huit ans et malgré le fait que nous ne pouvons pas savoir exactement ce que les cinq prochaines années nous montreront, nous pouvons être sûrs que quoi qu'il y aura, ce sera merveilleux", a expliqué Carolyn Porco du Space Science Institute à Boulder dans le Colorado. Actuellement, Cassini en est à la seconde extension de sa mission appelée "Mission Solstice" et l'un des buts principaux est d'analyser les changements saisonnaux dans le système de Saturne.

 

"C'est tellement fantastique d'expérimenter, à travers les instruments de Cassini, les changements de saison dans le système de Saturne", a commenté Amanda Hendrix, scientifique basé au Jet Propulsion Laboratory de la NASA. "Certains des changements que nous voyons dans les données, sont complètement inattendus, alors que d'autres sont réglés comme une horloge sur une échelle saisonnière. C'est une période excitante à la surface de Saturne", a t-elle ajouté cité dans un communiqué de la NASA.

 

le-visage-colore-de-titan-obstrue-par-les-obscurs-anneaux-d.jpg

(Le visage coloré de Titan obstrué par les obscurs anneaux de la planète Saturne (Crédits : NASA/JPL-Caltech/SSI ))

 

le-recemment-forme-vortex-du-pole-sud-de-titan-apparait-dan.jpg

(Le récemment formé vortex du pôle sud de Titan apparait dans l'atmosphère de la lune (Crédits : NASA/JPL-Caltech/SSI ))

 

le-cote-sombre-de-titan-aureole-par-la-lumiere-du-soleil-qu.jpg

(Le côté 'sombre' de Titan auréolé par la lumière du soleil qui forme un anneau coloré autour de la lune (Crédits : NASA/JPL-Caltech/SSI )).

 

Source: Maxisciences

Repost 0
Published by THE - dans Astronomie
commenter cet article
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 09:59

Une impressionnante éruption solaire immortalisée vendredi 31 août par l'Observatoire de la Nasa doit provoquer ce lundi un orage géomagnétique mineur sur Terre. L'agence américaine océanographique (NOAA) estime que ce nuage est sans danger mais que les particules éjectées peuvent perturber les activités humaines, comme les télécommunications ou les réseaux électriques.


 

Ces particules sont à l'origine des aurores boréales aux pôles nord et sud de la Terre. Le nombre d'éruptions solaires sera croissant d'ici 2013 puisque nous atteignons la fin d'un cycle solaire qui ont en moyenne une durée de 11 années en moyenne.


Le Nouvel Observateur

Repost 0
Published by THE - dans Astronomie
commenter cet article
11 août 2012 6 11 /08 /août /2012 23:35

солнце снимок планета космос светило жара огонь

© ru.wikipedia.org
 

 

Les astronomes ont découvert une formation géante sur la superficie du Soleil.

Il s’agit d’un raie sombre ou d’une crevasse longue de près de 800 000 kms. Les photos de cette formation ont été faites par les astronautes américains.

Les experts de la NASA cherchent actuellement à déterminer la nature de ce phénomène. Selon les scientifiques, ce serait une retenue de gaz froid. La raie est sombre à cause des températures qui sont plus basses que celles du Soleil lui-même. /L

 

Source: La voix de la russie

Repost 0
Published by THE - dans Astronomie
commenter cet article
4 août 2012 6 04 /08 /août /2012 14:24

 

Grand_Universe_by_ANTIFAN_REAL-copie-1.jpgeye_of_the_universe_by_philip25-d37p0c5.jpg
Repost 0
Published by THE - dans Astronomie
commenter cet article
28 juillet 2012 6 28 /07 /juillet /2012 17:57

 

Spitzer n’était pas prévu pour partir à la chasse aux exoterres. C’est pourtant en utilisant ce satellite que des astrophysiciens ont probablement découvert deux exoplanètes, un peu plus petites que la Terre, autour de l’étoile GJ 436. L’une d’entre elles, UCF-1.01, pourrait être recouverte d’un océan de magma. Prudents, les chercheurs attendent des preuves supplémentaires.


Autour de la naine rouge GJ 436, située à 33 années-lumière de la Terre, on connaissait déjà l’existence d’une exoplanète : GJ 436b. Similaire à Neptunepar la taille, elle laisse toutefois les planétologues perplexes concernant sa composition chimique. Les caractéristiques de son orbite tendaient aussi à faire penser qu’une seconde exoplanète existait. On avait ainsi détecté en particulier ce qui devait être des changements dans l’inclinaison de son orbite, nécessitant l’existence d’un second corps exerçant des perturbations.


La sonde Deep Impact, dont le nom est associé à la comète Tempel 1, mais que l’on connaît maintenant sous le nom d’Epoxi, avait, elle aussi, fourni des indications en faveur de l’existence d’une autre exoplanète autour de GJ 436. Remarquablement, quelques astrophysiciens, en se fondant sur les données d’Epoxi, en avaient déduit que Spitzer pouvait détecter des transitsplanétaires pour cette supposée seconde exoplanète.


Une vue d'artiste des deux exoplanètes supposées autour de GJ 436. Il se pourrait que UCF-1.01 soit recouverte d'un océan de magma.
 
Une vue d'artiste des deux exoplanètes supposées autour de GJ 436. Il se pourrait que UCF-1.01 soit recouverte d'un océan de magma. © R. Hurt, SCC,NasaJPL-Caltech


Spitzer est à court d’hélium liquide depuis longtemps mais il peut toujours être utilisé pour faire des découvertes, notamment parce que les données de ses observations sont archivées. Des astrophysiciens sont donc partis à la chasse à cette exoplanète avec Spitzer. Ils ne sont visiblement pas revenus bredouilles, comme le prouve l’article qu’ils viennent de publier surarxiv.

Des transits planétaires probables mais des masses problématiques

Il semble bel et bien que des modulations de la courbe de luminosité dans l’infrarouge de GJ 436 correspondent à la présence non pas d’une mais de deux nouvelles exoplanètes effectuant des transits. La première, et celle dont la signature est la plus convaincante, a été baptisée UCF-1.01. Son rayon serait d’environ deux tiers de celui de la Terre et sa masse 0,28 fois celle de notre planète, mais il s'agit d'estimations sujettes à caution comme ne le cachent pas les chercheurs.



Impressionnante vidéo de la lave bouillonnante dans le cratère du volcanMarum, sur l’île d’Ambrym, filmée le 20 septembre 2010. Des images prises à la surface de l’exoplanète UCF-1.01 pourraient être beaucoup plus spectaculaires. © geoffmackley/YouTube

Mais ce qui doit rendre cette planète spectaculaire c’est qu’elle boucle son orbite autour de sa naine rouge en moins de 1,4 jour. Sa température de surface a été estimée à près de 600 °C et elle pourrait même être supérieure. Il n’est donc pas impossible, selon l’un des chercheurs, qu’elle soit recouverte d’un océan de magma. Combien auraient donné un Haroun Tazieff ou des Maurice et Katia Krafft pour avoir l’opportunité de contempler un tel océan de magma ? En tout état de cause, une atmosphère, et encore moins la vie, ne peuvent exister à la surface de UCF-1.01.


Pour ce qui est de UCF-1.02, son rayon et sa masse seraient similaires à ceux de UCF-1.01. Mais dans les deux cas, il s’agit d’estimations indirectes et les chercheurs savent qu’ils ne sont encore sûrs de rien. De plus, la signature de UCF-1.02, sous forme de transits, est moins convaincante que celle de UCF-1.01. C’est pourquoi ils parlent de découverte de candidats au titre d’exoplanète et non de la découverte de GJ 436c et GJ 436d.


Quand on sait que sur les 1.800 étoiles identifiées par Kepler dans d'autres régions du ciel, qui sont supposées avoir des systèmes planétaires, seulement trois contiennent indubitablement au moins une planète de taille inférieure à la Terre, on comprend encore mieux la prudence des chercheurs.


Source: Futura-Sciences.

Repost 0
Published by THE - dans Astronomie
commenter cet article